Acceuil » Europe » Euro 2024 : Les tops et les flops d’Angleterre-Slovénie et Danemark-Serbie
Tableau de gauche
Euro 2024 : Les tops et les flops d’Angleterre-Slovénie et Danemark-Serbie

Euro 2024 : Les tops et les flops d’Angleterre-Slovénie et Danemark-Serbie

L’Angleterre a été tenue en échec par la Slovénie (0-0), le Danemark et la Serbie, eux, n’ont pas proposé de meilleur spectacle (0-0).

Holjund a pesé

Un profil exquis pour le Danemark. L’attaquant longiligne de Manchester United a fait du bien dans la construction offensive danoise. Il a attiré l’attention des défenseurs centraux serbes, qui ont laissé beaucoup de libertés aux autres offensifs (Eriksen et Wind). Lorsque les Danois ont réussi à le trouver, il a été plutôt altruiste, en servant ses partenaires mieux placés et dangereux lors de ses tentatives. Sa première reprise de la tête a été victorieuse mais le corner d’Eriksen est sorti du terrain avant de revenir en jeu. Son autre tentative du gauche a été stoppée par un excellent Rajkovic. Moins en vue au retour des vestiaires, Holjund a été remplacé par Dolberg (58e).

Rien ne passe avec Rajkovic

Il a été le seul joueur serbe au niveau, mardi soir, face au Danemark (0-0). L’ancien gardien du Stade de Reims, aujourd’hui exilé à Majorque, a laissé les siens dans le match en réalisant plusieurs parades face aux tentatives d’Hojlund et Eriksen. Pourtant, malgré son match remarqué, la Serbie quitte la compétition, faute d’idées, d’inspirations et de réelle fougue pour aller battre un Danemark serein. Pourtant, les Serbes avaient un supporter de prestige. L’idole du pays Novak Djokovic a fait le déplacement, à Munich, pour soutenir les siens. Visiblement, les traits de caractère de Novak sur un terrain de tennis n’ont pas été transmis aux joueurs de football serbes qui quittent la compétition par la petite porte.

L’Angleterre et ses stars décevantes

Si ce début d’Euro n’est pas très heureux pour l’Équipe de France, il ne l’est pas plus pour l’Angleterre. Les Three Lions enchaînent les performances difficiles avec un manque cruel de leadership. Si Bellingham a ouvert la voie en marquant contre la Serbie (0-1) lors du premier match, il a été moins en vue face aux Danois (1-1), mais aussi, mardi soir, contre la Slovénie (0-0). Pressenti comme futur ballon d’Or, le milieu du Real Madrid a manqué de poids au milieu de terrain, tout comme Phil Foden sur son côté gauche et Harry Kane dans la surface. Ils vont devoir se réveiller pour les phases finales ou l’Angleterre va continuer sa disette. Elle n’a gagné aucun trophée majeur depuis 1966.

Deux matchs insipides

On tient la pire soirée depuis le début de l’Euro. 90 minutes de perdues en tant que spectateur ou téléspectateur. Les deux rencontres du groupe C ont été bien en dessous de tout. L’Angleterre, on l’a dit, n’a pu compter sur personne pour se défaire d’une Slovénie bien en place et suffisamment agressive pour maintenir les Anglais loin des cages d’Oblak. Dans l’autre match, le Danemark a tenté des choses en première période face à la Serbie avant de s’endormir progressivement au fil des minutes. Deux rencontres, deux scores nuls. Une expression bien réelle pour définir cette soirée en compagnie des quatre équipes du groupe C.

Par P. M.
le figaro

Laisser un commentaire

Tableau de droite